Assemblée générale de l'Adapei des Pyrénées-Atlantiques

L'assemblée générale de l'Adapei des Pyrénées-Atlantiques, au Parc exposition de Pau
L'assemblée générale de l'association s'est déroulée le 28 juin dernier.
Comme chaque année, cette assemblée générale est l'occasion de revenir sur les projets de l'année.
De la fusion absoption de l'AHMI au Marché de Noël, du projet "Porteur de parole" mené avec l'IREPS à la participation des ouvriers du complexe Bellevue au salon "Amours et Handicaps" à Hyières, 2018 n'a pas manqué de rendez-vous marquants.

"Les chantiers sont nombreux, menés à terme ou en projet. Tous sont en accord avec le Projet Associatif et participent à sa déclinaison.
Ce projet a posé des bases et sera l’ancrage du futur projet 2020- 2025, porté par les mêmes valeurs et l’esprit qui a guidé les actions dont nous vous rendons compte aujourd’hui : faire que chacun grandisse en compétences en s’appuyant sur la valorisation et les désirs d’apprenance de tous.
C’est ce qui devra nous imprégner pour conduire les changements souhaités par la commande sociale : Inclusion…Certes oui…
mais avec l’exigence de sens dans les actions mises en oeuvre, de recherche et de respect des besoins exprimés ou à faire émerger chez nos personnes accompagnées et dûment évalués selon des critères aussi objectifs que possible.
Oui parce que l’inclusion est aussi une réponse au désir des familles et s’appuie sur de la solidarité pour mieux vivre ensemble.
Oui à l’inclusion solidaire qui s’appuie sur le déploiement de réseaux de partenariats formés et soutenus dans l’accueil
et l’accompagnement de personnes en situation de handicap, qu’il s’agisse d’enfants ou d’adultes.

Oui mais nous devrons nous assurer de certaines garanties :
Une prise de hauteur indispensable par rapport aux conséquences de certaines décisions sur des orientations qui engagent l’avenir.
Je pense à la diminution drastique des places d’IME, à certains dispositifs censés apporter des solutions à ceux qui en manquent, à la possible mise à mal du modèle actuel de l’ESAT (qui se doit de continuer d’accueillir des personnes les plus éloignées de l’emploi pour qui l’ESAT reste un formidable lieu d’insertion) ou à un habitat inclusif qui ne serait qu’une juxtaposition de public.
Avant tout, s’impose une réflexion sur « Qu’est-ce que l’inclusion » ? « Quelle inclusion » ? A quel prix et avec quels moyens ?
Faute de quoi, nous risquons de nous donner bonne conscience en ne faisant que répondre à la commande sociale. Ne seronsnous pas dans une illusion trompeuse qui finira par nous rattraper et le déni de ce que nous voulons porter : être une association apprenante ?
Cet objectif, si noble soit-il, devra faire l’objet d’une réponse collégiale et donc d’une évaluation préalable des besoins, des
« possibles » et des moyens avec tous les partenaires impliqués (Education Nationale, SAVS, Formateurs, Financeurs, autres
partenaires…).
Alors, donnons-nous le temps : ni précipitation, ni improvisation, ni solutions sommaires.

En notre nom à tous, je voudrais affirmer fermement que, quels que soient les changements dans lesquels nous nous engagerons, nous ne renierons pas nos structures. Elles sont et resteront des lieux de vie et d’insertion et pas uniquement des passerelles vers le milieu ordinaire, qu’il s’agisse de l’accueil des enfants ou adolescents, des adultes au travail ou non.

Alors, oui au changement, à l’évolution des métiers, des postures pour un accompagnement du futur.
Oui à l’étude des « possibles » et à la mise en oeuvre des moyens nécessaires à leur concrétisation pour chacun, selon son rythme personnel en concertation avec tous les acteurs du projet individuel.
Je pense aux appuis transversaux tels que la Maison des Assistants de Service Social, au développement de la dynamique des ESAT, au travail que doivent mener ensemble les structures d’hébergement.
Oui à l’appui sur les richesses individuelles pour créer de la richesse et de la compétence collective. Le Centre de Formation
et de Recherche y apportera sa contribution.

Le Projet Associatif, outil de pilotage pour les professionnels est pour l’Association, l’occasion de communiquer sur ses
orientations stratégiques en lien avec le CPOM et de se faire connaitre comme acteur constructif mais conscient d’une réalité
à ne pas occulter.

Hier nous aide à construire demain, à imaginer ce qui n’existe pas pour proposer des solutions innovantes, développer des
services et être toujours plus aidants.
Alors, non, nous ne refuserons pas de regarder le changement, mais nous le ferons vivre selon nos valeurs d’humanisme,
d’éthique, d’exemplarité, d’esthétisme…
N’oublions pas ! Nous sommes une association de parents et amis."

Anne Marie Cavret, Présidente de l'Adapei des Pyrénées-Atlantiques

M. Lalanne, Directeur général, présente les chiffres clés de 2018
M. Sottou, trésorier, la commissaire aux comptes et M. Lacrampe, Directeur Financier présentent les comptes de l'associationLes ouvriers d'ESAT parlent du chalet tenu sur le Marché de Noël, place clémenceau à Pau.Les résidents et ouvriers de Bellevue présentent leur livre "La vie de couple, pas toujours facile".Présentation du projet "Porteur de parole" avec l'IREPS