Alma 64 et l'Adapei des Pyrénées-Atlantiques : ensemble pour lutter contre la maltraitance

Le SAVS-SIFA (Service d’Accompagnement à la Vie Sociale) du Pôle Services et Appuis Transversaux de l’Adapei des Pyrénées Atlantiques, accompagne des adultes en situation de handicap dans le maintien de leur autonomie et leur insertion socio-professionnelle.
ALMA 64, membre de la Fédération 3977, propose un service d’écoute, de suivi et d’Appui pour les Professionnels Accueil Réseau (APAR), dans le cadre de la lutte contre la maltraitance des personnes âgées et adultes handicapés.
L’Adapei communique régulièrement auprès du public accueilli et des familles, les références d’ALMA64, le 3977. En juin 2017, le SAVS-SIFA a eu une réelle volonté d’aller plus loin. C’est alors que la préoccupation commune des deux associations de prévenir et faire cesser les actes des maltraitances sur les personnes vulnérables, les a confortés dans leur volonté de s’investir dans une réflexion-action commune.

« Il n’existe pas de définition consensuelle de la maltraitance », convient le Docteur Philippe Guillaumot, président d’Alma 64 : « Chaque situation singulière nous apprend quelque chose. Car il faut pouvoir la décrire en compréhension, pour agir à la faire cesser ».
C’est précisément parce qu’il y a tant de choses à apprendre, tant de situations remarquables que l’Adapei des P.A. et Alma 64 s’associent pour mettre en place un partenariat.  Lundi dernier, ce partenariat a été officialisé par la signature d’une convention au siège de l’Adapei marquant ici la volonté des deux Associations de partager leurs expériences lors de temps de réflexion mais aussi par des temps de travail et d’appui sur des situations particulières, et donc de formation réciproque.

En 2018, l’association Alma 64, antenne de 3977, a directement reçu 65 appels de signalement de cas de maltraitance et 35 appels relayés par l’antenne nationale du 3977. Chaque appel a été suivi de 2 entretiens téléphoniques assurés par 2 référents.          
En 2018, l’Association a saisi 2 fois à l’autorité judiciaire. Donc la plupart des situations relève d’autres approches seules ou conjointes. Des pratiques nouvelles sont à construire.
Chaque situation appelle à un appui spécifique. Aussi, il est nécessaire de tisser des liens, un réseau de compétences et de partage pour accompagner et guider au mieux les appelants.


Sur la centaine d’appels reçus en un an, 20% concernent des situations de maltraitance en institution. C’est ce constat qui pousse les professionnels  de l’Adapei à s’interroger sur leurs pratiques.
« Nous sommes en demande ; nous avons besoin d’outils pour prévenir, traiter ces situations. » indique Yan Mauhourat, coordinateur de la Maison des Assistants de Service Social du Pôle Services et Appuis Transversaux de l’Adapei.         
« Nous formons régulièrement et depuis des années nos salariés dans ce domaine. Mais ce partenariat nous permettra de développer encore plus d’expertise. » indique François Lalanne, Directeur Général de l’Adapei.          
«  Nous avons beaucoup à apprendre les uns des autres, pour améliorer l’accompagnement, et trouver la réponse sur mesure, à chaque fois face a cette complexité » affirme le Dr Guillaumot, président d’Alma 64. « De notre côté, nous avons besoin de connaître mieux le champ du handicap » précise-t-il.
« Et nous aurions grand bénéfice à avoir un regard extérieur, nous parents, qui sommes souvent dans l’affectif. » ajoute Anne-Marie Cavret, Présidente de l’Adapei des P.A.

Pour les deux associations, l’objectif est de s’outiller, de multiplier les regards pour protéger les personnes, dans un collectif basé sur la confiance.